08 septembre 2019

Les conventions fiscales internationales (cour des comptes)

cour des comptes  complet.pngPour recevoir la lettre EFI inscrivez vous en haut à droite
 Pour lire les  tribunes antérieures  cliquer

S’inscrire  surTwitter: Etudes fiscales Internationales

En application des dispositions de L. 111-3 du code des juridictions financières, la Cour a mené une enquête sur l’action des services de l’État en matière de négociation et de suivi des conventions fiscales internationales pour les exercices 2013 à 2018

 

Le rapport de la cour des comptes diffusé le 5 septemnre 2019 

La réponse des ministre 

Le rapport prémonitoire de 2013

Les services de l’État et la lutte contre la fraude fiscale internationale 

Les conventions fiscales sont des traités internationaux visant à éviter que les contribuables – entreprises ou particuliers - ne soient imposés deux fois pour un même revenu par deux pays différents,.

De plus en plus, leur objectif est également de lutter contre la fraude et l’évasion fiscale en limitant les possibilités de double non-imposition.

 

Fiscalité internationale : entre 4% et 10% de perte de recettes sur l'impôt sur les sociétés

Par Grégoire Normand 

"Certaines entreprises, principalement étrangères, qui réalisent pourtant une activité bénéficiaire auprès de clients établis en France, ne sont pas assujetties à l'impôt sur les sociétés en France, faute d'y détenir un établissement stable".

Liste des conventions fiscales conclues par la France
(en vigueur au 1er janvier 2018

VERS UN ELARGISSEMENT DE L ETABLISSEMENT STABLE ??

Entreprise exploitée en France :une nlle définition ? (CE 18/10/18 Aff Aravis)

Les pédagogiques conclusions d' Edouard Crépey, rapporteur public ne sont pas actuellement LIBRES 

Dans une étude très documentée , l'économiste du CEPII, Vincent Vicard qui a étudié de près la balance des paiements en France, expliquait que "l'évitement fiscal prend de plus en plus d'ampleur depuis 2001. Partant d'un montant estimé à moins de 1 milliard d'euros au début des années 2000, l'érosion de l'assiette de l'IS est estimée à 13 milliards en 2008 et dépasse 30 milliards à partir de 2013".

L’évitement fiscal des multinationales en France : combien et où ? par Vincent Vicard

 

Avec 121 conventions fiscales bilatérales, la France compte aujourd’hui le réseau le plus étendu au monde avec celui du Royaume-Uni. 

 L’enjeu est donc moins d’étendre ce réseau que de le moderniser, afin notamment de préserver l’assiette fiscale taxable en France.

Face à des enjeux économiques et budgétaires croissants, l’expertise économique préalable à la négociation de ces conventions apparaît insuffisante.

 De plus, compte tenu de la progression attendue du nombre de litiges, les moyens du service chargé de veiller à la bonne application des conventions gagneraient à être renforcés, afin de mieux défendre les intérêts des contribuables.

La Cour formule deux recommandations à cet effet.

: Recommandation n° 1 : mettre en place une cellule de veille stratégique associant notamment la DGFiP, la direction générale du Trésor et la Banque de France pour analyser les enjeux liés à la fiscalité internationale et identifier les intérêts de la France, afin de renforcer le volet économique des dossiers de négociation et des études d’impact présentés au ministre et au Parlement ;

Recommandation n° 2 : renforcer par redéploiement les effectifs de la mission d’expertise juridique et économique internationale de la DGFiP, de manière à réduire à deux ans le délai moyen de traitement des dossiers.

02:05 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | |

Écrire un commentaire