22 mars 2022

Le nouveau lanceur d’alerte ; Une surveillance citoyenne d’intérêt général (?) (loi du 21 mars 2022

LANCEUR D ALEERTE.jpgLa loi du 21 mars 2022 , applicable à compter du 1er septembre 2022,  en généralisant le droit d'alerte, a profondément modifié la loi française de 2016 dite loi SAPIN II sur le lanceur d'alerte   en rapprochant notre législation du droit anglo saxon qui applique le Whistleblower ET ce en nous mettant aussi en conformité avec  La directive (UE) 2019/1937 du Parlement européen et du Conseil du 23 octobre 2019  

 

LE LANCEUR D 'ALERTE VA T IL DEVENIR UN ELEMENT IMPORTANT
 DANS LA PROTECTION DE L INTERET GENERAL ?

POUR LIRE ET IMPRIMER LA TRIBUNE EN ENTIER
CLIQUEZ

 

La loi du 9 décembre 2016, dite "loi Sapin II", sur la transparence, la lutte contre la corruption et la modernisation de la vie économique avait  mis en place un statut du lanceur d’alerte. Suivant les exemples anglo saxons, ce texte a transposé en droit interne la 4e directive européenne de lutte contre le blanchiment et la corruption  (20 mai 2015).
Toutefois l’application de ce texte a été très limite car le lanceur d’alerte avait l obligation d’alerter d’abord sa hiérarchie (ou un référent) et ce avant toute divulgation externe ou publique
'Par ailleurs, l’insuffisante protection des lanceurs d'alerte fait rapidement l'objet d'un constat unanime.

Un rapport parlementaire d'évaluation du 7 juillet 2021 souligne les lacunes de la loi, notamment l'obligation de signaler les disfonctionnements  

Déposée le 21 juillet 2021, la proposition de loi du député Sylvain Waserman  modifiant la loi Sapin  a été  publiée le 22 mars 2022  a profondément modifié la tradition française sur la « dénonciation » d’alerte en rapprochant notre législation du droit anglo saxon qui applique le Whistleblower ET ce en nous mettant aussi en conformité avec  La directive (UE) 2019/1937 du Parlement européen et du Conseil du 23 octobre 2019 

Loi n° 2022-401 du 21 mars 2022 visant à améliorer la protection des lanceurs d’alerte

L’alerte est ni  une plainte ni  une dénonciation contre une  personne dénommée  , elle est la divulgation d’une information   portant
 -soit sur un crime ou un délit,
 -soit  sur une menace ou un préjudice pour l’intérêt général,
 -soit sur  une violation ou une tentative de dissimulation d’une violation d’un engagement international  , d’un acte unilatéral d’une organisation internationale  , une violation du droit de l’Union européenne, de la loi ou du règlement ».

La déclaration d'une alerte est une faculté  et non une obligation (par ex Tracfin ou art 40 du CPrP Ou l’obligation   prévue par l’article  434-1 du code pénal imposée à toute personne de dénoncer un crime

Les principales innovations consistent notamment dans la divulgation directe de l information à une autorité indépendante ( défenseur des droits  , parquet, fisc etc ) et sans passer obligatoirement et préalablement par une déclaration interne ,dans la suppression de l’exigence que la violation d’une norme de droit soit « grave et manifeste »  et que l’intéressé ait eu « personnellement » connaissance des faits  ainsi que dans une meilleur protection du lanceur ainsi que des personnes ayant pu l’assister  (ONG , facilitateurs, syndicats etc)qui ont pu l’assister

Par ailleurs, l’insuffisante protection des lanceurs d'alerte a fait rapidement l'objet d'un constat unanime.

 Un rapport parlementaire d'évaluation du 7 juillet 2021 souligne en effet  les lacunes de la loi, notamment l'obligation de signaler les disfonctionnements 

Les textes français. 3

la définition du lanceur d’alerte    D’abord protéger l intérêt général 3

Le champ d’application des alertes  est tres large. 4

Les Informations exclues du régime de l’alerte. 4

Les pratiques étrangères. 5

Le lancement d’une alerte peut il être fait d’une manière anonyme ?. 5

Sur l’origine des informations divulgues. 5

Des procédures  de signalement simplifiées. 6

Le signalement interne. 6

Le signalement externe. 7

Le signalement public. 8

Les protections accordées au lanceur d alerte. 8

Non responsabilité pénale pour détournement de documents. 9

Les destinataires des alertes. 10

Responsabilité pénale des « obstructeurs » à un signalement 10

La nouvelle protection  par le défenseur des droits. 11

 

lanceur d alerte final 22.03.doc

17:40 | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | | |

Commentaires

Un procureur de la république de BREST m'a menacé de 45.000 Euros d'amende,parce que j'ai dénoncé un notaire escroc, lui permettant de faire d'autres victimes.Pouvez-vous me faire savoir si je peux faire référencer mon blog sans etre poursuivi à nouveau,je vous remercie pour votre réponse.
Cordialement
Jean Claude BERREGAR

Écrit par : BERREGAR | 28 mars 2022

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire