02 mai 2022

La numérisation à marche forcée ; le défendeur des droits est inquiet

defenseur des droits.jpg

pour recevoir la lettre EFI inscrivez vous en haut à droite

 Pour lire les  tribunes antérieures  cliquer  

 patrickmichaud@orange.fr

Le Défenseur des droits est une institution indépendante de l'État.

Créée en 2011  cette institution est  inscrite dans la Constitution , (article 71-1 )

Le Défenseur des droits veille au respect des droits et libertés par les administrations de l'État, les collectivités territoriales, les établissements publics, ainsi que par tout organisme investi d'une mission de service public, ou à l'égard duquel la loi organique lui attribue des compétences.

Ses deux  missions :

-défendre les personnes dont les droits ne sont pas respectés ;

-permettre l'égalité de tous et toutes dans l'accès aux droits. 

Quand tout se fait sur Internet, et qu’il n’est pas possible de joindre un fonctionnaire, le recours au service public peut vite tourner au casse-tête, voire au cauchemar. Il y a toujours, dans le pays, treize millions de personnes qui peinent avec le numérique ;

 Selon l’institution, 22 % des Français ne disposent chez eux ni d’un ordinateur ni d’une tablette. Et près d’un quart d’entre eux considèrent qu’ils vivent dans un territoire délaissé par les pouvoirs publics.

 DÉMATÉRIALISATION DES SERVICES PUBLICS :
TROIS ANS APRÈS, OÙ EN EST-ON ?

 

Le recours aux services publics numériques peut vite devenir compliqué : l’inquiétude de la Défenseure des droits 
Par Benoît Floc'h (LE Monde )

Le rapport de l’autorité indépendante critique la numérisation « à marche forcée » des services de l’Etat et plaide pour une solution alternative, à l’attention des personnes qui n’ont pas Internet ou n’en maîtrisent pas l’accès. 

3 ans se sont écoulés depuis le rapport du Défenseur des droits dématérialisation et inégalités d'accès aux services publics. Durant ces 3 années, la transformation numérique de l’administration et des services public s’est poursuivie, entrainant une évolution profonde de la relation à l’usager. Dans le même temps, les politiques d’inclusion numérique ont tenté d’accompagner ces changements, particulièrement auprès des publics les plus vulnérables.

Les délégués et les juristes du Défenseur des droits continuent de recevoir des réclamations toujours plus nombreuses, preuve que le mouvement de numérisation des services se heurte encore aux situations des usagers.

C’est pourquoi il est apparu nécessaire au Défenseur des droits d’établir un rapport de suivi sur les inégalités d’accès aux droits provoquées par des procédures numérisées à marche forcée.

Ce rapport fait état des évolutions – parfois des progrès, parfois des reculs – observées ces dernières années et revient sur la façon dont les différentes préconisations émises dans le rapport de 2019 ont été – ou non – suivies d’effet.

 

Commentaires

les pouvoirs publics semblent avoir pris conscience des risques que faisait courir a un grand nombre de nos concitoyens une dematerialisation engagee a marche forcee. »

Écrit par : Chroniques du vaste Monde | 30 avril 2022

Répondre à ce commentaire

Bonjour et merci de nous permettre de dire un mot sur la dématérialisation des pouvoirs publics.
Les pouvoirs publics, et notamment ses syndicats d'agents esquivent bien le problème, tant en France que dans l'ensemble de l'Union européenne.
En fait, il s'agit d’une parade qui est communément appelé la réforme administrative.
En trois mots, les recettes publiques sont fonction de l'activité économique, dont ni le volume, ni les profits, et les impôts qui en résultent ne veulent augmenter de façon prédictible, bien entendu à cause de la libre concurrence, alors que les dépenses sont clairement prévisibles et souvent déterminées.
La réforme administrative tend en conséquence dans une relation économique proportionnelle de revenu (R=q*p) de réduire la quantité des postes, tout en gardant un prix vendable par poste.
En conséquence de quoi, les administrés doivent s'auto-administrer en partie.
Pour cela, il leur faut acheter le matériel informatique. Ils doivent apprendre les logiciels et se vouer à un processus d'apprentissage durant toute leur vie. Évidemment, au gré du goût des gouvernants, élus par les administrés, donc démocratiquement.
Tout cela devient non seulement cher par le plan lui-même, mais aussi par l'évolution commerciale et industrielle des ordinateurs et logiciels à acheter. On change les produits tous les trois à cinq ans.
En fin de compte, il y a de quoi à s'interroger sur la rentabilité unilatéralement réservée de ce futur. La solution semble trouvée aux Etats-Unis. Il faut adapter les personnes en une sorte de … allez … bio-robots, qui fonctionnent.
Il n’y a pas une éternité, une lycéenne de seconde pensait au cours d’histoire que les Allemands, ensemble avec les Français, avaient gagné la Seconde guerre mondiale (1). Mais, quel cadeau pour réécrire l’Histoire.
Enfin, les évangiles se sont écrits durant plusieurs siècles. D’où l’importance de ce site sur les impôts qui vont aussi certainement perdurer.
La solution du problème peut probablement passer par notre culture, à part notre savoir professionnel et administratif.
Récemment, une doctorante me disait être convaincue qu’aux Etats-Unis, la culture allait passer par ce qui se dit à la Une des journaux et médias. Mais, quel nombre de génies cela fera ?
Bravo,
Me Christian ROLLMANN, Luxembourg.
PS. (1) C’est notre fille qui nous l’a appris à table.

Écrit par : Me Christian ROLLMANN | 04 août 2022

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire