30 juin 2020

OCDE ECHANGES DE RENSEIGNEMENTS BANCAIRES les résultats 2019

ocde.jpg

Près de 100 pays ont pratiqué l'échange automatique d'informations financières en 2019. Ces échanges couvraient des renseignements sur 84 millions de comptes, correspondant à un montant total de 10 000 milliards d'euros d'actifs 

Note EFI la france a recu 4.000.000 d'informations de 86 pays 

les BOFIP 

Le chasseur de paradis fiscaux

La fin du secret bancaire devient de plus en plus tangible   Par Richard Hiault

 

La communauté internationale accomplit de nouvelles avancées dans la lutte contre la fraude fiscale internationale

« L’échange automatique de renseignements change les règles du jeu », a déclaré le Secrétaire général de l’OCDE Angel Gurría à la veille d’une réunion plénière du Cadre inclusif sur le BEPS de l’OCDE et du G20. « Ce système d'échange multilatéral créé par l’OCDE et piloté par le Forum mondial procure désormais aux pays du monde entier, y compris à de nombreux pays en développement, une mine d’informations nouvelles grâce auxquelles leurs administrations fiscales peuvent s'assurer que les comptes à l'étranger sont dûment déclarés. Les pays vont pouvoir mobiliser beaucoup plus de recettes, ce qui est particulièrement important à la lumière de la crise actuelle du COVID-19, tout en se rapprochant d’un monde où les fraudeurs ne pourront plus se cacher. 

 les rapports pays par pays       le rapport sur la France

 la liste des pays appliquant l échange automatique a jour déembre 2019

Liste des 4000 accords signes pays vers pays ‘mai 2020
cliquez

questions and Answers.

ocde echanges.jpg

18:39 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | |

XERFI UN REBOND TECHNIQUE EN ORDRE DISPERSE PAS UNE VERITABLE REPRISE

 

Le rapport de la cour des comptes post covid au 30 juin 2020

 

La France, qui n'a pas fait les réformes nécessaires pour dégager des marges de manœuvre, aborde la phase de reprise de l'économie avec des comptes dégradés comme jamais

La pandémie de Covid-19 a des conséquences de premier ordre sur les finances publiques. Or la France n’a pas abordé cette crise avec une situation budgétaire assainie. Les résultats de 2019 en témoignent : le déficit structurel n’a pas été réduit et la dette publique est restée stable à un niveau élevé.

 En 2020, le choc subi par les finances publiques sera massif. Les dispositifs publics ont joué un rôle d’« assureur en dernier ressort » de l’économie et des revenus, mais la dette publique s’est encore accrue, à plus de 120 points de PIB.

Plus spécifiquement, c'est la chute «massive» des recettes publiques d'environ 135 milliards d'euros qui explique «les deux tiers du relèvement du déficit», poursuit la Cour des comptes

La soutenabilité à moyen terme de la dette constitue un enjeu central.
La France va devoir rebâtir une stratégie de redressement des finances publiques, en s’appuyant sur un réexamen en profondeur de la qualité de ses politiques publiques. Cette démarche devra préserver les investissements publics à l’efficacité avérée, par exemple pour soutenir la transition écologique ou la santé publique.

XERFI UNE ANALYSE ECONOMIQUEE INDEPENDANTE

le rapport du XERFI juillet 2020

Le numéro de Juillet de Xerfi-Previsis fait un point complet sur la situation de l’économie et sur les prévisions de reprise aux plans sectoriel et macro-economique, en France et dans le Monde.

Conjoncture et prévisions pour l’entreprise face à la crise

n°255 – Juillet 2020

Télécharger le numéro

La remise en marche en cours de l’économie détermine l’orbite sur laquelle se placera durablement l’activité.

Ce redémarrage se matérialise dans toutes les branches d’activité et la consommation serait déjà rétablie à 95%. Mais cette phase de récupération, si elle crée l’illusion d’une dynamique retrouvée, relève en fait du pur rebond technique.

 Il serait ainsi impropre de parler à ce stade de " reprise ".

La véritable reprise sera fondée sur des moteurs pérennes de croissance. Et cette croissance auto-entretenue ne pourra donner sa pleine puissance que lorsque les activités et les régions du monde auront retrouvé un certain degré de synchronisation, s’entraînant positivement les unes les autres, dans une dynamique vertueuse. Nous n’en sommes pas là.

 

 

L’ANALYSE DU MOIS 12 1.1.

 L’ÉCONOMIE À L’ARRÊT : LES CHIFFRES CLÉS  

  1. LA SITUATION FINANCIÈRE DES ENTREPRISES

.3. LA SITUATION DES MÉNAGES PENDANT LE CONFINEMENT  

  1. L’ENVIRONNEMENT DES ENTREPRISES

 FRANCE : CONJONCTURE ET PRÉVISIONS 2021 37 2.1.

LES INDICATEURS CLÉS 38

 Le PIB  

2.2. LES INDICATEURS OPÉRATIONNEL

  1. LES ÉCLAIRAGES SECTORIELS

 MONDE : CONJONCTURE ET PRÉVISIONS 2021 61 3.1.

VUE D’ENSEMBLE  

LA ZONE EURO  

 LE RESTE DU MONDE  

11:00 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | |

27 juin 2020

TRUST et régime fiscal privilégié du 123 BIS CGI (CAA Versailles 24/06/20)

heritage heureux.jpgLa CAA de Versailles vient de juger que l’article 123 bis pouvait certes s’appliquer au trust MAIS pas en l’espece  car d’une part il s’agissait d’un trust irrévocable et hors contrôle des bénéficiaires et d’autre part ce trust ne constituait pas , en l’espèce un montage artificiel 

 

CAA de PARIS, 2ème chambre, 24/06/2020, 19PA00458, Inédit au recueil Lebon

Les dispositions de l'article 123 bis du CGI concernent l'ensemble des personnes physiques, fiscalement domiciliées en France qui détiennent, directement ou indirectement, une participation d'au moins 10 % dans une structure établie hors de France, bénéficiant d'un régime fiscal privilégié et dont le patrimoine est principalement constitué d'actifs financiers et monétaires.

Ces personnes sont imposables, à compter de l'imposition des revenus de l'année 1999, à raison de leurs droits sur les bénéfices ou revenus positifs correspondant aux participations qu'elles détiennent.

LES TRIBUNES EFI SUR LE TRUST

Les BOFIP

Rendement budgétaire du 123 bis en base notifiée 
SOURCE RAPPORT PEYROL
sur l’évasion fiscale internationale des entreprises

Régime des SEC                 2013  2014  2015  2016  2017
quand détention par             23
       123     55     30      85
une personne physique   

SEC = societe étrangère contrôlée

 

PRINCIPE L’ARTICLE 123 BIS S’APPLIQUE AUX TRUSTS

 

  1. les dispositions du 123 bis CGI, interprétées à la lumière des travaux préparatoires de l'article 101 de la loi de finances pour 1999 dont elles sont issues, doivent être regardées comme incluant dans leur champ d'application les actions, parts, droits financiers ou droits de vote détenus dans les trusts au sens du droit anglo-saxon. Les requérants ne sauraient par suite valablement soutenir que l'article 123 bis du code général des impôts ne s'applique pas aux trust

 

EN L ESPÈCE NON APPLICATION

 

Les contribuables ne détiennent aucune action, part ou droit de vote dans ces trusts
ni aucun pouvoir de controle

Il résulte toutefois de l'instruction que les trusts " Santa Trust ", " the General Trust " et " the Maritime Trust ", situés aux Bermudes, auxquels ont été transférés des actifs appartenant à M. F... et sa famille, ont un caractère irrévocable et discrétionnaire.
M. et Mme F... ne détiennent aucune action, part ou droit de vote dans ces trusts. S'ils peuvent être amenés à percevoir les bénéfices réalisés par le trust, il est constant que la décision de distribuer des bénéfices et la fixation du montant des distributions est à la discrétion du trustee, soit la société Boston Trust, dont il ne résulte pas de l'instruction qu'elle serait contrôlée par M. F... et sa famille. Les requérants ne sauraient par suite être regardés comme détenant des droits financiers dans les trusts " Santa Trust ", " the General Trust " et " the Maritime Trust" et sont par suite fondés à soutenir que, contrairement à ce que fait valoir le ministre, les dispositions du 1 de l'article 123 bis du code général des impôts ne leur sont pas applicables au motif qu'ils détiendraient de tels droits.

 

Ce trust ne peut pas etre regardé comme un montage artificiel

il résulte de l'instruction que les trusts en cause ont été constitués en 2004 et 2008, alors que M. F... n'était pas résident fiscal français, dans le cadre d'opérations de restructuration provoquées par un conflit avec ses partenaires économiques, et avaient pour but principal de protéger la fortune de sa famille compte tenu de l'âge de M. F..., de sa situation matrimoniale et du jeune âge de ses enfants. Dès lors, à supposer même que les requérants puissent être regardés comme détenant des droits dans ces structures, une telle détention ne saurait être regardée comme constitutive d'un montage artificiel dont le but serait de contourner la législation fiscale française.

11:22 Publié dans aa TRUST ; REGIME FISCAL ET JURIDIQUE, TRUST et Fiducie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | |

L optimisation fiscale sous surveillance en droit interne et en droit européen (QPC 31.01.20 et 28.05.20 et CJUE 26.02.19)

optimisation fiscaleNotre ami  Guillaume FONTENEAU nous avait récemment informés par son excellent blog PATRIMOINE  

L’abus de droit fiscal, une nouvelle définition pour lutter contre l’optimisation fiscale ?

 le Conseil constitutionnel vient de rendre  deux décisions 2019-824 QPC du 31 janvier 2020  et ° 2020-842 QPC du 28 mai 2020 dans lesquelles il rappelle qu’il est amené à contrôler des dispositifs fiscaux instaurant des différences de traitement aux fins de lutter contre l’optimisation fiscale, ce qui constitue un objectif d’intérêt général

Le conseil précise que  « si il admet des différences de traitement ayant pour objet de lutter contre l’optimisation fiscale, les critères instaurés par le législateur pour distinguer les situations qui révèlent une optimisation fiscale des autres situations doivent être objectifs et rationnels

L’OPTIMISATION FISCALE SOUS FORTE SURVEILLANCE
 Les positions du conseil constitutionnel, de la CJUE et du CE
Les pratiques de la France
cliquer pour imprimer avec les liens 

 

 La création de SINGAPORE ON  THAMES se prépare t elle déjà

La position du conseil constitutionnel

"Lutter contre l’optimisation fiscale  constitue
un objectif d’intérêt général"

 décision n° 2012-661 DC du 29 12  2012,
Loi de finances rectificative pour 2012 (III),con 19

 le périmètre de l’avantage fiscal doit être  justifié par les objectifs poursuivis.

Lire les commentaires  et exemples page 11 2019-824 QPC du 31 janvier 2020

A titre d exemple dans la décision  842 du 28 mai 2020 supprimant l’obligation d’obtenir un jugement pout déduire la pension alimentaire versée au conjoint faisant une déclaration fiscale séparée le conseil a precise dans ses commentaires

Puis, examinant l’optimisation fiscale contre laquelle la disposition aurait eu pour objet de lutter, le Conseil a relevé que « le simple fait qu’un contribuable s’acquitte spontanément de son obligation légale sans y avoir été contraint par une décision de justice ne permet pas de caractériser une telle optimisation » ( Décision n° 2020-842 QPC du 28 mai 2020 M. Rémi V. [Conditions de déduction de la contribution aux charges du mariage]paragr. 7))

 la position de la CJUE sur l optimisation fiscale

arrêt du 26. 2. 2019 –   c-116/16 et c-117/16 t danmark et y denmark

81 Si la recherche, par un contribuable, du régime fiscal le plus avantageux pour lui ne saurait, en tant que telle, fonder une présomption générale de fraude ou d’abus , il n’en demeure pas moins qu’un tel contribuable ne saurait bénéficier d’un droit ou d’un avantage découlant du droit de l’Union lorsque l’opération en cause est purement artificielle sur le plan économique et vise à échapper à l’emprise de la législation de l’État membre concerné x

SUR L ABUS DE DROIT

Sur les éléments constitutifs d’un abus de droit et les preuves y afférentes

Lire les considerants page 24  

97 Ainsi qu’il ressort de la jurisprudence de la Cour, la preuve d’une pratique abusive nécessite,

-d’une part, un ensemble de circonstances objectives d’où il résulte que, malgré un respect formel des conditions prévues par la réglementation de l’Union, l’objectif poursuivi par cette réglementation n’a pas été atteint et, ---d’autre part, un élément subjectif consistant en la volonté d’obtenir un avantage résultant de la réglementation de l’Union en créant artificiellement les conditions requises pour son obtention (arrêts du 14 décembre 2000, Emsland-Stärke, C-110/99, EU:C 

le principe de l’interdiction de l’abus de droit trouve à s’appliquer dans des matières aussi variées que la libre circulation des marchandises , la libre prestation des services  la liberté d’établissement   la sécurité sociale   ou encore la taxe sur la valeur ajoutée (TVA)  

 

La position du conseil d etat 

Il existe un certain nombre de décisions visant expressément l optimisation fiscale

A titre d exemple je cite les conclusions de Mme Anne ILJIC, rapporteure publique dans l affaire   N° 432615  Société Casden Banque populaire SA  4 octobre 2019  

La volonté de limiter l’optimisation fiscale  qui n’est pas en elle-même répréhensible, contrairement à la fraude ou à l’évasion fiscales …-,

Le Conseil constitutionnel la prend régulièrement en compte pour justifier une différence de traitement (par exemple CC, n° 2015-473 QPC du 26 juin 2015 ; CC, n° 2015-475 QPC du 17  juillet 2015) ou l’application rétroactive d’une mesure (par exemple CC, n° 2012-661 QPC du  29 décembre 2012).

 

otimidation fiscale version 3.doc

 

09:35 | Tags : optimisation fiscale | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | |

24 juin 2020

Une crise sans précédent, une reprise incertaine : le rapport du FMI du 24 juin 2020

FMI IMAGE 2.jpg

Le FMI a nettement revu à la baisse ses prévisions de croissance mondiale. Le PIB devrait reculer de 4,9 % cette année, et n'augmenter que de 5,4 % l'an prochain. Les pays européens en payent le prix fort.

 

 

La synthese par Richard Hiault  des ECHOS

Selon les projections du FMI, le PIB mondial devrait se contracter de 4,9 % en 2020, c’est-à-dire de 1,9 points de pourcentage de plus que ce qui était prévu dans les Perspectives de l’économie mondiale (PEM) d’avril 2020.

Solde budgétaire et dette brute des administrations publiques, 2018–21 :
solde global et dette brute

 

 La pandémie de COVID-19 a eu un impact négatif plus important que prévu sur l’activité au cours du premier semestre 2020, et la reprise devrait être plus progressive que ce à quoi on s’attendait. En 2021, la croissance mondiale devrait atteindre 5,4 %. Globalement, le PIB de 2021 devrait donc se retrouver quelque 6½ points de pourcentage au-dessous du niveau envisagé par les projections établies en janvier 2020, avant la pandémie de COVID-19.

Une crise sans précédent, une reprise incertaine

Télécharger le rapport intégral du FMI 

 

Une analyse francaise

Évaluation de l'impact économique –France et monde -du COVID
par OFCE

L’impact négatif sur les ménages à bas revenus est particulièrement sévère, et pourrait compromettre les progrès considérables qui ont été accomplis en matière de réduction de l’extrême pauvreté dans le monde depuis les années 90.

Comme pour les projections des PEM d’avril 2020, la présente mise à jour est marquée par un degré d’incertitude plus élevé que d’habitude.

 

18:19 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | |

22 juin 2020

COMPTES BANCAIRES UBS :L ASSISTANCE FISCALE EST REPORTEE par S RUCHE

regularisation comptes ubsdepuis le 12 juin  , les informations bancaires des clients ou ex-clients d’UBS dont les données bancaires avaient été saisies en Allemagne en 2013 auraient dues  être transmises à la France, a annoncé le fisc fédéral le mardi 11 mai 

LA DECISION OFFICIELLE DE L AFC

PUBLIÉE DANS LA GAZETTE FEDERALE LE  12 MAI 

MAIS  

UBS a contesté   devant le Tribunal administratif fédéral  la décision de transfert des informations prise  par l’ autorité fédérale des contributions  en raison de la garantie insuffisante  que la France respecterait le principe de spécialité prévu par l’article 25 du Traité  c'est-à-dire de l utilisation ,à son encontre, des données transférées devant le cour d appel  

Données UBS: la perspective de recours sans fin 
 Par Sébastien Ruche
 

  • Notre ami Sébastien Ruche du Temps vient de confirmer l’information  que nous avons diffusée précédemment

l’AFC n’a pas pu transférer les informations demandées par la France, à savoir les soldes des comptes détenus entre 2010 et 2015.  UBS   a demandé de suspendre le transfert de données jusqu’à ce que le TAF ait tranché.sur son recours

Dans son arrêt du 26 juillet 2019, le TF a estimé que les autorités françaises avaient fourni des garanties suffisantes concernant le principe de spécialité. Et cinq mois plus tôt, le Tribunal de grande instance de Paris avait refusé l’examen de documents ne respectant pas la convention de double imposition franco-suisse qui proscrit le non-respect du principe de spécialité).

Cet appel pose la question de la spécialité  de l assistance fiscale  

Assistance administrative et entraide judiciaire en matière fiscale
le BOFIP suisse de janvier 2017 

Assistance administrative et entraide judiciaire en matière fiscale 

Son argument: ces données risqueraient d’être utilisées par le parquet national financier (PNF) pour le procès en appel à Paris, par ailleurs sans doute reporté à l’année prochaine. En Suisse, les juges du TAF devront d’abord décider si UBS peut être partie plaignante ou non. Oui, dit UBS qui s’appuie sur un arrêt précédemment rendu à son sujet par le TAF. Non, avance l’AFC, en se référant à un arrêt du Tribunal fédéral (TF), portant également sur la banque et ses clients.

Peu importe, note la Neue Zürcher Zeitung par Zoé Baches

Quelle que soit l’issue de la procédure: Tant que les chamailleries juridiques se poursuivront en Suisse, aucune donnée client ne pourra être livrée en France. Et: plus cette situation dure, mieux c’est pour la grande banque.”

 UBS  conteste    devant le Tribunal administratif fédéral  la décision de transfert des informations prise  par Berne en raison de la garantie insuffisante  que la France respecterait le principe de spécialité prévu par l’article 25 du Traité  c'est-à-dire de l utilisation ,à son encontre, des données transférées devant le cour d appel  

Du point de vue procédural, l’art. 26 al. 2 MC-OCDE est concrétisé en droit interne suisse par le biais de l’art. 20 al. 2 LAAF. L’AFC est tenu de rappeler à l’autorité requérante ses obligations de confidentialité. Il appartient également à l’AFC de donner son accord pour la transmission des renseignements à d’autres fins que fiscales. Lorsque les renseignements obtenus sont destinés à être transmis à des autorités pénales, ce qui qui serait le cas en l espèce l’AFC doit  donner en accord avec l’OFJ (art. 20 al. 3 LAAF).

 MODELE OCDE SUR L ASSISTANCE FISCALE

 

 

X X XX

                Nouvelle étape dans l’affaire des données des quelque 45 000 clients français d’UBS saisies en 2013 à Francfort.

Ayant reçu ces informations de la part de l’Allemagne, la France avait envoyé des demandes d’entraide à la Suisse en mai 2016, afin d’identifier ces détenteurs de comptes et de vérifier que leurs avoirs étaient déclarés. Ces demandes, qui ne sont ni individuelles ni groupées, avaient été jugées recevables le 26 juillet 2019 par le Tribunal fédéral, qui les avait qualifiées de demandes «collectives».

UBS : publication de  la demande d’assistance ( TAF du 27.07.19) par la France  

 

Ce mardi 12 mai 2020, le fisc fédéral (AFC) a indiqué que les personnes visées par ces demandes ont trente jours pour se manifester et éventuellement s’opposer à l’entraide internationale. Faute de quoi, leurs données seront transmises au fisc français.

LA DECISION OFFICIELLE DE L AFC

PUBLIÉE DANS LA GAZETTE FEDERALE LE  12 MAI 

D’autres Etats ont dans l’intervalle déposé des requêtes groupées, notamment l’Italie concernant les clients de Credit Suisse.

Assistance  fiscale internationale groupée ;

l'italie demande à la suisse de  rechercher  les écureuils italiens du credit suisse

 

Cette nouvelle étape montre que l’appellation change, mais que la procédure demeure identique.

Lire la suite

21 juin 2020

TRUST ; A LA RECHERCHE DU BÉNÉFICIAIRE EFFECTIF ( CE 20.03.20 avec conclusions LIBRES de Mme Marie-Astrid Nicolazo de Barmon

grands arrets fiscaux.jpgPour recevoir la lettre EFI inscrivez-vous en haut à droite
Les lettres fiscales d'EFI Pour lire les  tribunes antérieures  cliquer

Le CE du 20 mars 2020 nous apporte une méthode pour rechercher le bénéficiaire effectif  d'un TRUST. Elargissant le débat traditionnel  au delà de la seule personnalité du trustee, il recherche l’ensemble des composantes juridiques et économiques du trust pour nous éclairer sur ce bénéficiaire souvent occulté par des montages complexes –au sens de TRACFIN ‘cliquez

Un vrai vademecum pour les  fiscalistes prives et publics

Notre amie Coline HEMMEL journaliste chez GOTHAM nous signale une décision du CE qui transperce l’opacité d’un trust américain parfaitement régulier et totalement transparent au niveau de la réglementation fiscale française, arrêt qui reconnait la personnalité du Trustee ET des bénéficiaires personnes physiques comme associés d’une société française

Le conseil d état  infirmant la CAA de Paris, donne raison au contribuable

CAA de PARIS, 10ème chambre, 28/03/2017, 15PA03334, 

Conseil d'État, 9ème - 10ème cr, 20/03/2020, 410930, SAS Ponthieu Rabelais 

Les pédagogiques conclusions de Mme Marie-Astrid Nicolazo de Barmon, rapporteur public  

 près avoir rappelé implicitement qu’un trust est dépourvu de personnalité morale   mais «qu’ on entend par trust l'ensemble des relations juridiques créées dans le droit d'un Etat autre que la France par une personne qui a la qualité de constituant, par acte entre vifs ou à cause de mort, en vue d'y placer des biens ou droits, sous le contrôle d'un administrateur, ainsi que l'a défini le 1 du I de l'article 792-0 bis du code général des impôts, postérieurement aux années d'imposition en  et ce dans l'intérêt d'un ou de plusieurs bénéficiaires ou pour la réalisation d'un objectif déterminé le conseil a constaté (lire § 6 et 7 de l arrêt ) que  notamment , le constituant , résident américain , le trustee l’avocat Michael A. Varet  et les bénéficiaires de ce  trust de droit américain  étaient des personnes physiques et pouvaient  être qualifies d’ associés d’une société française et qu en conséquence celle-ci pouvait bénéficier de l exonération de la contribution sociale sur l impôt sur les sociétés  prévue par   l'article 235 ter ZC du code général des impôts,

En clair, le trust en question était un trust familial transparent d’une famille anglo saxonne comme il en existe des millions  et non un trust cachottier purement  fiscal  

NOTE EFI la société a été remarquablement conseillée : en effet  elle a effectué le  paiement de la taxe suivi d'une demande en  restitution ce qui lui a évité une procédure en rectification avec éventuellement un redressement abus de droit etc  bravo l artiste Marine Pelletier-Capes-

Définition du Trust  BOFIP du 2 mai 2019

 

 Cette décision pose la question sur la recherche  du véritable bénéficiaire effectif  en fiscalité internationale  c'est-à-dire sur le refus de l application du principe de l apparence juridique principe rejeté notamment par les directives européennes antiblanchiment

Etude comparée sur le plan juridique et fiscal de la fiducie française
et du trust britannique  par 
Florian Sainz

 MAIS QUI DOIT PROUVER LE BÉNÉFICIAIRE EFFECTIF ???

L' administration ou le contribuable ?

POUR LIRE LA SUITE CLIQUEZ

Lire la suite

20 juin 2020

Le parquet national financier est il indépendant ??? Devant la commission d enquête ,Mme HOULETTE donne son avis rebel

BALANCE ET MAILLET.jpg

  Les lettres fiscales d'EFI Pour lire les  tribunes antérieures  cliquer
Pour les recevoir inscrivez vous en haut à droite 

la commission d enquête sur-les-obstacles-a-l-indépendance-du-pouvoir-judiciaire

mise à jour du 20 juin

Maître Antonin Lévy: «François Fillon était face à un juge en campagne»

Catherine CHAMPRENAULT - Audition #9 de la commission d'enquête sur l'indépendance de la justice

 

Sur les pouvoirs d’ action du ministre de la justice

 

Le ministre de la justice peut dénoncer au procureur général les infractions à la loi pénale dont il a connaissance, lui enjoindre, par instructions écrites et versées au dossier de la procédure, d'engager ou de faire engager des poursuites ou de saisir la juridiction compétente de telles réquisitions écrites que le ministre juge opportunes.

 

Circulaire du 19 septembre 2012 

Les procureurs généraux, magistrats du ministère public, sont habilités, conformément à l'article 36 du code de procédure pénale, à enjoindre aux procureurs de la République d'engager ou de faire engager des poursuites, ou de saisir la juridiction compétente de réquisitions qu'ils estimeraient opportunes.
Les procureurs de la République exercent l'action publique et requièrent l'application de la loi, sous le contrôle et la coordination des procureurs généraux. Il appartient aux magistrats du ministère public de mener à bien leurs missions dans le respect de l'intérêt général.

  1. Bohnert , nouveau procureur du PNF :

"Notre intervention ne doit pas s’apparenter à une double sanction"

«Affaire Fillon» : la magistrate en charge de l'enquête affirme avoir subi des pressions

Éliane Houlette, qui dirigeait à l'époque le parquet national financier, évoque des «demandes d'information» incessantes provenant du parquet général, et des pressions pour ouvrir une information judiciaire.

Le dossier de la commission

La video de la commission d enquete sur-les-obstacles-a-l-independance-du-pouvoir-judiciaire intervention de Mme Houlette

À quelques jours du jugement dans cette affaire, Éliane Houlette, ancienne patronne du parquet national financier, déclare avoir été victime de pressions hiérarchiques.

Jean-Marc Leclerc Journaliste Figaro

Les déclarations d’Eliane Houlette réactivent les doutes visant la gestion judiciaire de l’affaire Fillon   Par Gérard Davet et Fabrice Lhomme  Le Monde

une synthèse du FIGA RO de  

 

rediffusion de la tribune de février 2017
pour actualité

 Les interprétations divergent entre la CEDH , la cour de cassation et le conseil constitutionnel

  Position de J.L. NADAL à la rentrée
de la Cour de cassation de 2010 

Qui est J.L NADAL

 

Fraude fiscale : et Pan sur la parquet national financier
 (cons constitutionnel du 8/12/16)
 

I LA POSITION DE LA COUR DE CASSATION 

 Dans un arrêt du 22 octobre 2013 ; la cour de cassation a mis en colère l’ensemble des parquetiers de France  alors qu elle ne fait que confirmer la jurisprudence la CEDH 

Cour de cassation, criminelle, 22 octobre 2013, 13-81.945, Publié au bulletin 

2°) alors qu'une loi, au sens de l'article 8, alinéa 2, de la Convention, ne peut organiser une ingérence dans la vie privée des personnes qu'à la condition d'en placer la surveillance et l'exécution sous le contrôle de l'autorité judiciaire, ce que n'est pas le Parquet, qui n'est pas indépendant et qui poursuit l'action publique ; que la chambre de l'instruction a encore violé les textes précités (cf page 13 in fine )

Cour_de_cassation_criminelle__22_octobre_2013_13-81.945_PDF lire page 13 

II LA POSITION DE LA CEDH 

L’affaire Moulin c. France (requête no 37104/06) 23 novembre 2010 

De l'indépendance du parquet ???
L'arrêt CEDH France MOULIN
   

Le procureur adjoint de Toulouse, membre du ministère public, ne remplissait pas, au regard de l’article 5 § 3, les garanties d’indépendance pour être qualifié, au sens de cette disposition, de « juge ou (...) autre magistrat habilité par la loi à exercer des fonctions judiciaires ». 

 Il n’appartient pas à la Cour de prendre position sur le débat concernant le lien de dépendance effective entre le ministre de la Justice et le ministère public en France, ce débat relevant des autorités du pays

Un parquet indépendant en Suisse  

Circulaire du 31 janvier 2014 de politique pénale relative 
au procureur de la République financier

. Les critères de saisine  
La remontée et la circulation de l’information

Les mécanismes de dessaisissement et le règlement des conflits de compétence

III LA POSITON DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL 

Décision n ° 93-326 DC du 11 août 1993

  1. Considérant que l'autorité judiciaire qui, en vertu de l'article 66 de la Constitution, assure le respect de la liberté individuelle, comprend à la fois les magistrats du siège et ceux du parquet ; que si l'intervention d'un magistrat du siège peut être requise pour certaines prolongations de la garde à vue, l'intervention du procureur de la République dans les conditions prévues par la loi déférée ne méconnaît pas les exigences de l'article 66 de la Constitution ;  

 

Décision n ° 2004-492 DC du 02 mars 2004 

  1. Considérant qu’en vertu de l’article 20 de la Constitution, le Gouvernement détermine et conduit la politique de la nation, notamment dans le domaine de l’action publique ; que l’article 5 de l’ordonnance du 22 1958 susvisée, portant loi organique relative au statut de la magistrature, place les magistrats du parquet sous l’autorité du ministre de la justice ; que l’article 30 nouveau du code de procédure pénale, qui définitet limite les conditions dans lesquelles s’exerce cette autorité, ne méconnaît ni la conception française de la séparation des pouvoirs, ni le principe selon lequel l’autorité judiciaire comprend à la fois les magistrats du siège et ceux du parquet, ni aucun autre principe ou règle de valeur constitutionnelle ;

14:10 Publié dans Fraude escroquerie blanchiment | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | |

CONTENTIEUX DU RECOUVREMENT FISCAL ET SURSIS DE PAIEMENT (CE 17.10.18 et conclusions libres de Mr Romain Victor

TRESOR PUBLIC.jpgLe conseil  d état statuant en chambre unique a confirmé la position de l administration sur le fait que le contentieux du recouvrement n’ouvre pas droit au sursis d’exécution alors que de nombreux –mais pas tous- estimaient  que l'article 117 du décret n° 2012-1246 du 7 novembre 2012 qui VISAIT DIRECTEMENT LE LPF semble disposer   du contraire

Certains de nos lecteurs ne comprennent  pas par quelle subtilité juridique le CE statuant en chambre unique  a pu juger qu’une circulaire administrative a pu refuser l’application d’un décret d’une clarté d’eau de roche et qui visait expressément le LPF

Le contentieux du recouvrement  (BOFIP du 31 décembre 2018 )

Conseil d'État, 8ème chambre, 17/10/2018, 421235, Inédit au .

Conclusions LIBRES de Mr ROMAIN VICTOR

 

Mr et Mme sont redevables auprès du Trésor public de prélèvements sociaux et de majorations au titre des années 1996, 1997 et 1998, mis en recouvrement par voie de rôles en 2001 et 2002, pour un montant restant à leur charge qui s’établissait au début de l’année 2018 à un peu plus de 4 millions d’euros.

Le 9 février 2018, le comptable public du service des impôts des particuliers de Soissons leur a adressé une mise en demeure de payer ces impositions.

 Par lettre du 6 mars 2018, les redevables ont contesté cette mise en demeure en invoquant la prescription de l'action en recouvrement et ont sollicité la suspension des poursuites engagées à leur encontre.

Leur demande a fait l'objet, le 3 avril 2018, d'une décision de rejet par l’administration qui a fait valoir que la prescription de l'action en recouvrement avait été régulièrement interrompue.

Les requérants  ont saisis directement le CE d’un recours en exces de pouvoir tendant à l’annulation pour excès de pouvoir

d'une part du paragraphe 5 du BOI-REC-EVTS-20-10-10

5La procédure spécifique prévue par l'article L. 281 du LPF reste distincte de la contestation d'assiette comportant, elle aussi,
l'obligation d'une réclamation préalable. Contrairement à la réclamation d'assiette, elle n'est pas suspensive d'exécution
sur demande du débiteur.

         et d'autre part  et du paragraphe 180 du BOI-REC-EVTS-20-10-20.

180L'opposition à poursuites n'a pas de caractère suspensif, tant à l'égard du redevable que du comptable et ne peut,
à elle seule, paralyser l'exécution d'un titre.Dès lors, la prescription de l'action en recouvrement continue à courir (BOI-REC-EVTS-30).

 

Les requérants soutiennent que les paragraphes attaqués sont contraires aux dispositions de l'article 117 du décret n° 2012-1246 du 7 novembre 2012 relatif à la gestion budgétaire et comptable publique qui énonce que

 « Les titres de perception émis en application de l'article L. 252 A du LPF peuvent faire l'objet de la part des redevables : /

 1° Soit d'une opposition à l'exécution en cas de contestation de l'existence de la créance, de son montant ou de son exigibilité ;

/ 2° Soit d'une opposition à poursuites en cas de contestation de la régularité de la forme d'un acte de poursuite.

/ L'opposition à l'exécution et l'opposition à poursuites ont pour effet de suspendre le recouvrement de la créance ».

QUE STIPULE DE LOI  L ARTICLE L 252 A LPF

Constituent des titres exécutoires les arrêtés, états, rôles, avis de mise en recouvrement, titres de perception ou de recettes que l'Etat, les collectivités territoriales ou les établissements publics dotés d'un comptable public délivrent pour le recouvrement des recettes de toute nature qu'ils sont habilités à recevoir.

Le conseil rejette le recours et confirme donc une doctrine selon laquelle une recours en recouvrement –et no en assiette- n’est pas suspensif

Conseil d'État, 8ème chambre, 17/10/2018, 421235, Inédit au ...

Conclusions LIBRES de Mr ROMAIN VICTOR

 

Les  dispositions combinées des articles 107 et 23 du décret du 7 novembre 2012 que les dispositions de la sous-section 3 de la section 1 du chapitre II de ce décret, au sein de laquelle est inséré son article 117 qui prévoit que l'opposition à l'exécution et l'opposition à poursuites ont pour effet de suspendre le recouvrement de la créance, ne sont pas applicables aux impositions de toute nature, lesquelles sont recouvrés dans les conditions prévues par le livre des procédures fiscales.

 Par ailleurs, il ne résulte d'aucune disposition du livre des procédures fiscales, et notamment pas de celles relatives au contentieux du recouvrement codifiées aux articles L. 281 à L. 283 et R. 281-1 à R. 283-1,

Or, à l’inverse de ce que prévoit le décret GBCP pour les créances non fiscales des administrations publiques, le LPF ne prévoit nullement, en l’espèce, qu’une opposition à poursuite ou à contrainte serait suspensive.

Le législateur a certes prévu une procédure de sursis de paiement, mais la demande en ce sens ne peut être présentée qu’à l’appui d’une réclamation d’assiette et non d’un contentieux du recouvrement, comme le prévoit l’article L. 277 du LPF, le sursis de paiement accordé au contribuable ayant pour effet de paralyser l’action en recouvrement

Mr lE rapporteur public Victor nous rappelle une garantie de procédure pour les citoyens contribuables mais contestataires ??

  8ème et 3ème ssr, 16 févr. 2001, Carrasco, n° 217890,

Le sursis de paiement accordé à un contribuable à raison d'une pénalité qui lui a été infligée rend caduc, à compter de la date à laquelle il est prononcé et à concurrence de la somme correspondante, le commandement de payer émis à l'encontre de ce contribuable. Non-lieu à statuer, dans cette mesure, sur la contestation dudit comma

02:15 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | |

18 juin 2020

Les Frais financiers sont ils déductibles des revenus fonciers en cas de rachat des parts d'une SCI / d’abord l intérêt de la société (CE 8.06.20 et conc Cytermann

deficite foncier.jpg

Pour recevoir la lettre EFI inscrivez vous en haut à droite
 Pour lire les  tribunes antérieures  cliquer 
S’inscrire  surTwitter: Etudes fiscales Internationales

 patrickmichaud@orange.fr 

 

Les intérêts d’un emprunt souscrit par une société civile immobilière (SCI) pour racheter les  parts
de l’un des associés sont-ils déductibles des revenus fonciers générés par l’immeuble  détenu par cette SCI ? 

Telle était la question posée par Laurent Cytermann
au conseil d’état

Un très petit nombre d'informateurs estime  que le conseil  d état  aurait permis la création d'une nouvelle niche fiscale similaire à celle des apports avec soulte MAIS il n'en est rien car ils  omettent souvent de préciser les conditions de fait de cette affaire d'espèce 

Je ne peux que reprendre les conclusions didactiques pour nous tous de Laurent Cytermann

« Dès lors, nous vous invitons à n’admettre la déductibilité que pour l’hypothèse présentée par le cas d’espèce , celle dans laquelle cette  acquisition est nécessaire à la conservation du patrimoine de la SCI. « Laurent CYTERMANN

 

Arrêt du Conseil d’État du 9 juin 2020, 426342

Les conclusions LIBRES de Laurent Cytermann

 Arret de principe ou arrêt d’espece par Olivier Fouquet

  

LA SITUATION DE FAIT

La SCI Marina Airport a été constituée en 1987 entre quatre associés, pour l’exploitation d’un  complexe commercial. M. N..., l’un des quatre associés, a souhaité se retirer et après des  années de procédure, un jugement du tribunal de grande instance (TGI) de Grasse du 11 mai  1999 autorisé ce retrait sur le fondement de l’article 1869 du code civil et désigné un expert  pour évaluer la valeur des parts. Un nouveau jugement du TGI du 12 juin 2007 a condamné la  SCI à verser le solde restant dû à M. N....

 La SCI a alors souscrit un emprunt bancaire afin de  payer cette somme.

 A la suite d’une vérification de comptabilité pour les exercices 2008 à  2010, l’administration fiscale a remis en cause la déduction des intérêts de ce prêt des revenus  fonciers de la SCI et prononcé des suppléments d’impôt sur le revenu en conséquence entre  les mains de trois des associés M. M..., Mme D... G... et Mme P....

Ces suppléments  d’imposition ont été contestés et par trois arrêts du 16 octobre 2018, la cour administrative  d’appel de Marseille a accordé la réduction des bases d’imposition à hauteur de ces intérêts.   Le ministre de l’action et des comptes publics se pourvoit en cassation contre ces trois arrêts. 

Le raisonnement de la cour fondé sur la conservation des revenus est solide.

Le CE  à admis plusieurs reprises la déductibilité des intérêts d’un emprunt ayant évité la sortie d’un  immeuble générateur de revenus du patrimoine d’un contribuable : il en va ainsi 

 -d’arrérages  d’une dette transmise lors d’une succession, qui conditionnait le maintien dans le patrimoine  de l’héritière d’un immeuble productif de revenus

(CE, Plen., 29 juillet 1983, Mme X,

  1. Bissara, commissaire du gouvernement

Analyse du conseil d etat

 ou

-d’intérêts liés à un emprunt ayant permis d’éviter ’exercice par des créanciers d’une hypothèque sur deux immeubles productifs

(CE,24 juillet 2006, F..n° 253350,

Mme Mitjavile, commissaire du gouvernement

Analyse du conseil d etat

« En réalité, même si le ministre ne la cite pas explicitement, sa position s’inscrit dans le  prolongement de la réponse ministérielle Baudot (Sénat 9 octobre 2003, p. 3040 n° 7535),  reprise par la doctrine fiscale au BOFIP (BOI-RFPI-BASE-20-80-20170901, § 80 et 130)

Celle-ci distingue deux cas de figure :  

-les intérêts afférents à des dettes contractées par une société de personnes pour l'acquisition  des parts d'un ou plusieurs associés ne sont pas déductibles ;  

en revanche,

- les intérêts des dettes souscrites par un associé pour acquérir ses parts sont  déductibles, dès lors qu'il a vocation à bénéficier d'un revenu foncier plus important.  

LA POSITION DU CONSEIL

 

  1. Il résulte de la combinaison de ces dispositions que, sauf disposition législative spécifique, seuls les intérêts des emprunts contractés pour l'acquisition de biens ou droits immobiliers destinés à procurer des revenus fonciers sont déductibles du revenu brut foncier.
  2. Il en va notamment ainsi des intérêts des emprunts souscrits par un associé pour acquérir les parts d'une société de personnes dont les résultats sont imposables dans la catégorie des revenus fonciers.
  3. Il en est de même pour le remboursement des parts d'un associé par une telle société lorsqu'il est établi que l'emprunt est nécessaire pour la conservation du revenu foncier de celle-ci.

    4. Il ressort des pièces du dossier soumis aux juges du fond, d'une part, que la SCI Marina Airport, dont il est constant qu'elle était soumise au régime de l'article 8 du code général des impôts, était propriétaire d'un complexe commercial donné en location et, d'autre part, que ses résultats étaient imposables dans la catégorie des revenus fonciers entre les mains de ses associés.
  4. Après avoir relevé, par une appréciation souveraine qui n'est pas arguée de dénaturation, que cette société avait été condamnée par décision de justice à rembourser les parts d'un de ses associés et que l'inexécution d'une telle décision exposait la société et les associés restants au risque, notamment de la vente du bien dont il s'agit, la cour a pu en déduire, sans commettre d'erreur de droit, que les intérêts de l'emprunt qu'elle avait souscrit pour rembourser ces parts étaient déductibles en application des dispositions précitées de l'article 31 du code général des impôts.

 

03:30 | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | | |