09 juin 2020

Une nouvelle politique économique par O Blanchard, T Philippon, et J Pisani Ferry ,faisant chacun partie du comité de réflexion mis en place fin mai par Emmanuel Macron , ont présenté ce lundi plusieurs pistes, parfois étonnantes

petersen.png

Pour recevoir la lettre EFI inscrivez-vous en haut à droite
Les lettres fiscales d'EFI Pour lire les  tribunes antérieures  cliquer

 

Guillaume de Calignon journaliste aux ECHOS du groupe LVMH  nous informe que les trois économistes français, Olivier Blanchard et Jean Pisani-Ferry, du Peterson Institute, un think tank basé à Washington, et Thomas Philippon, professeur à New-York, faisant chacun partie du comité de réflexion mis en place fin mai par Emmanuel Macron , ont présenté ce lundi plusieurs pistes, parfois étonnantes

L’analyse de GUILLAUME de CALIGNON  

 

A New Policy Toolkit Is Needed as Countries Exit COVID-19 Lockdowns

 Olivier Blanchard, Thomas Philippon, et Jean Pisani-Ferry Juin 2020

 

LE RAPPORT   Blanchard,   Philippon, et Pisani Ferry Juin 2020  en PDF

 

Lorsqu'il est devenu évident que la pandémie COVID-19 nécessitait un verrouillage généralisé de toutes les entreprises sauf les plus essentielles, la plupart des gouvernements ont pris des mesures pour protéger les travailleurs et les entreprises vulnérables des pires effets de la chute soudaine de l'activité.

Ces mesures comprenaient des allocations de chômage, des subventions, des transferts, des prêts à faible taux et des reports d'impôts.

Leur objectif quasi exclusif était la protection.

Au fur et à mesure de la levée des blocages, de la fin de certaines de ces mesures et de la constatation que certains secteurs devront se contracter et d'autres se développer, l'accent doit être progressivement déplacé.

 Comme d'habitude à la suite d'un choc majeur, la protection doit être équilibrée par une réaffectation, en tenant compte de l'évolution des perspectives des secteurs et des entreprises. Des incitations doivent être données aux entreprises et aux travailleurs pour qu'ils reprennent leur activité et, le cas échéant, s'adaptent.

La dette héritée du gel doit être restructurée si elle n'est pas viable.

 Mais les décideurs politiques doivent également tenir compte des conséquences de l'incertitude accrue quant à l'évolution de la pandémie et de l'économie, ainsi que de la forte augmentation du nombre de travailleurs sans emploi.

la suite en anglais 

 

 

07:24 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | |

Écrire un commentaire