19 juillet 2016

SPECIAL RETENUE A LA SOURCE 182 B CGI (CE 20/05/16)

plutot1.jpg

Rediffusion

Lettre EFI du 30  MAI 2016  
pour la recevoir abonner vous en haut à droite

Information importante

La retenue à la source (article 182 B CGI de 33% sur le brut soit 50% du net est DUE même en cas de convention fiscale SI le créancier prestataire de services n’est pas imposé à un IS local

N’oubliez pas de demander une attestation fiscale à votre créancier

nombreux redressements en cours et envisagés

Une question sans réponse :

La ZAKAT d’ Arabie saoudite est elle une imposition au sens de la convention ?

Une convention est elle applicable à défaut d’imposition globale ??(CE 9.04.14) 

Un traité autorise t il une double exonération fiscale ???? CAA LYON

les conclusions de Mr le rapporteur public Pierre MONNIER

Une société exonérée n’est pas résidente fiscale au Liban (CE 20/05/16)

Dès lors la retenue à la source de 33% de l’article 182B est  applicable 

Dans une décision en date du 20 mai 2016, le Conseil d'Etat se prononce une nouvelle fois sur la qualification de résident fiscal et rappelle qu'une exonération de l'impôt sur les bénéfices ne permet pas de se prévaloir de la convention fiscale applicable dès lors que l'entité concernée ne peut pas, dans ces conditions, être regardée comme un "résident" au sens de cette convention

Conseil d'État, 3ème - 8ème chambres réunies, 20/05/2016, 389994 

Dès lors la retenue à la source de 33% de l’article 182 B est  applicable 

La retenue à la source de 33% de l’article 182B du CGI 

Le BOFIP sur 182B  

 

Note EFI l'intérêt pratique de cette JP est considérable /elle  oblige en effet le débiteur français , càd le redevable légal de la RAS à vérifier si son créancier non résident de France
est bien un résident fiscal conventionné dans l 'état du siège.

Par ailleurs cette JP peut s'appliquer pour les autres revenus soumis à la ras

 

Une offshore  dont le siège est au Liban n’est pas résidente fiscale au Liban 

Conseil d'État, 3ème - 8ème chambres réunies, 20/05/2016, 389994

les conclusions de Mme Emmanuelle Cortot-Boucher, rapporteur public

 

La situation de fait 1

La convention franco libanaise. 1

La position - favorable au contribuable -de la CAA de Versailles. 1

La position contraire défavorable au contribuable du CE. 2

 

Lire la suite