22 septembre 2019

RETRAITE indice mondial des retraites 2019

successionfamille.jpgLa banque Natixis vient de publier son indice global 2019 des retraites, une étude sur les conditions de vie des retraités dans quarante-quatre pays développés. Les résultats comportent quelques surprises comme nous le révèle le journaliste Jean-Baptiste de la Torre 

Ce palmarès compare la situation des retraités dans pas moins de quarante-quatre pays en se basant sur dix-huit critères objectifs.

Natixis a ainsi passé au crible une série de facteurs qui affectent la vie de tous les retraités, de la pression fiscale à la qualité du système de santé, en tentant de répondre à quatre questions: «Peuvent-ils subvenir à leurs besoins durant leur retraite?» ;

 «Peuvent-ils faire confiance au système financier supportant leurs revenus?» ;

«Ont-ils accès à un système de santé efficace?» ;

et enfin «quelle est la qualité de vie des retraités dans le pays?».»

Et contrairement aux idées reçues, ce ne sont pas les pays du Sud, comme le Portugal ou l’Espagne, qui arrivent en tête de ce classement.

Global-Retirement-Index-2018-Report  by NATIXIS

The Top 25: Year-on-Year Trends

Successions internationales les trois domiciles civils et fiscaux
ou la force attractive du droit fiscal de la France

Le grand gagnant est… l’Islande.

Avec un score de 83 %, ce pays arrive en première position, juste devant la Suisse. C’est en effet sur la terre de glace que les conditions matérielles des retraités sont les meilleures au monde. Le pays se distingue aussi par son revenu par habitant, son taux de chômage et son faible taux d’inégalité (classé 8ème). La Norvège complète le podium avec un score de 80 %. Pour profiter pleinement de sa retraite, il ne faudra donc pas avoir peur des températures négatives, puisque les pays nordiques trustent les premières places du classement. Outre l’Islande et la Norvège, l’Irlande, la Suède, le Danemark et le Canada font eux aussi partie du top 10 des pays les plus accueillants pour les retraités.

La France,cliquez le pays où la pression fiscale sur les retraités
est la plus élevée

 


la France continue sa lente chute dans le classement. Certes, le système de santé hexagonal compte toujours parmi les plus efficaces avec une note de 89 %, soit la quatrième meilleure performance des pays étudiés.

En revanche, les analystes de Natixis estiment que les conditions d’investissement sont toujours très mauvaises (55 %) et pointent le niveau de vie en baisse des retraités. Mais les pires notes attribuées à la France sont celles concernant la pression fiscale.

 Avec une note de 1 %, la plus basse de tous les pays étudiés, la situation pourrait difficilement être pire pour les retraités français…

Les taux d’intérêt bas pèsent sur les rendements

Sur un plan global, les analystes ont mis en avant trois grands risques qui pourraient mettre en péril la sécurité des retraités. Le premier d’entre eux est le niveau actuel des taux d’intérêt. Si ces taux historiquement bas permettent de stimuler l’emprunt et l’économie, ils pèsent sur l’épargne et la rentabilité des investissements des retraités. Cette situation entraîne un décalage entre les attentes des investisseurs individuels et les prévisions des gestionnaires de portefeuille professionnels. Alors que les investisseurs individuels s’attendent à un rendement de 11,7 %, leurs homologues institutionnels limitent leurs prévisions de rendement à 6,7 % pour l’année prochaine.

Le défi démographique, plus gros risque pour les retraites

La démographie est présentée comme le deuxième risque le plus important pour la planification des retraites. Natixis a calculé la pression démographique sur les systèmes de retraites grâce à son ratio sur la dépendance. Cette mesure comptabilise le nombre de personne de plus de 65 ans pour 100 personnes en âge de travailler (de 15 à 64 ans). Globalement, ce ratio est passé de 8,6 % en 1960 à 12,6 % en 2015. Mais dans les pays développés, il devrait atteindre 44 % en 2050, ce qui rend plus difficile le financement des retraites par répartition.

 

Dans un pays comme la Chine, ce vieillissement devrait d’ailleurs se traduire par un doublement des dépenses de retraite entre 2015 et 2050, d’après l’OCDE. Il faudra donc trouver de nouvelles sources de financement, comme c’est le cas au Japon, où ce ratio atteint déjà 46 %. Pour assurer la résilience du système, le gouvernement de Shinzo Abe a été obligé de proposer une réforme qui porterait l’âge de la retraite à… 75 ans.

Le changement climatique aura des conséquences sur les retraites

Plus étonnamment, le changement climatique est affiché comme un risque financier de premier ordre pour les régimes de retraite autour du globe. Les analystes de Natixis rappellent par exemple que l’année écoulée a été la plus chère de tous les temps pour les assureurs. «Le risque financier est immense. Considérez que 40 % de la population mondiale, soit 2,4 milliards de personnes, habite à moins de 100km des côtes. Et 10 % vivent dans des aires géographiques à moins de dix mètres d’altitude» conclut le rapport.

 

09:31 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us

Écrire un commentaire